La mission de l’âme

Aucun d’entres nous est en ce monde par hasard. Nous avons tous une mission à accomplir et obéissons au dessein grandiose de l’âme qui est de sortir du cycle des renaissances. Ce dessein se consume avec lenteur mais constance et viendra un jour où chacun de nous entrerons dans la splendeur divine, ayant définitivement dépassé ce champ d’évolution qu’est le plan physique terrestre. L’âme toutefois poursuivra son évolution sur d’autres sphères, en d’autres mondes et cela jusqu’au bout du temps.

L’âme n’a pas d’autre but que d’évoluer, de croître et de progresser. Elle obéit à la Volonté de « Celui en qui nous avons la vie, le mouvement etImage associée l’être » et tant qu’Il désire profiter d’une existence sensible, tant que Sa volonté est active, l’âme suivra la direction du courant de Sa Vie.  La mission de l’âme est donc celle du Logos, de l’Être, de l’Unique qui est le souffle de tout ce qui vit. Selon l’axiome « l’être est l’Être », l’âme humaine n’est autre chose que Dieu et par conséquent, ne peut qu’obéir à la Loi de Sa Vie.

Mais le parcour que l’âme empruntera et le nombre d’incarnations qui lui seront nécessaires pour réaliser l’ultime achèvement qu’est la libération, cela demeure un mystère impénétrable. Certaines âmes réalisent en mille vies ce que d’autres réaliseront en trois mille vies. Certaines âmes chercheront un haut niveau de maîtrise de la forme et d’autres infiniment moins. Il semble n’exister aucune règle à ce sujet.  Les âmes sont libres d’évoluer à leur rythme, en suivant toutefois la direction du courant de la Vie Unique qui les dirigent tous. Le type d’expériences qu’elles choisiront dépend en grande partie de ce qu’elles désirent voir éclairer en elle. Les vertus de l’âme surgissent de l’intérieur par la pression de chaque vie et des nécessités.

Sous l’angle de la personnalité la mission terrestre est quelque chose qu’il ne faut absolument pas rater. Mais l’âme qui demeure à l’abri du temps et des angoisses, n’a que pour seul désir d’assimiler des leçons de sagesse. En vérité, nos choix de carrière ont pour notre évolution une incidente secondaire. Vous pouvez devenir premier ministre de votre pays et faire les même progrès spirituel que le cordonnier du village au Résultats de recherche d'images pour « âme divine »cours d’une vie. Le succès apparent est une illusion mensongère. Ce que nous faisons physiquement dans nos vies est moins important que les qualités dont nous nous enrichissons. Ce qui importe dans nos missions de vie est ce qui demeurera permanent en nous. Au terme de sa mission terrestre, l’entrepreneur abandonnera sa fortune mais conservera son sens de l’organisation, le yogi oubliera ses techniques d’union mais conservera l’union elle-même, le philosphe abandonnera ses livres mais conservera une intelligence fine. Peu importe à quel service nous nous livrons, ce qui importe pour l’âme sont les qualités développés et non pas les résultats physiques, qui eux-mêmes, n’auront plus aucune signification au retrait du corps.

Les vertus à acquérir sont d’une telle portée et d’une telle valeur qu’en une vie l’âme réussit à en développer qu’une infime fraction. L’homme semble étrangement convaincu que les pas qu’il fait dans une vie ont une portée gigantesque. Cela lui a nécessité parfois tellement d’énergie pour changer, qu’il se convaint qu’il a réaliser un pas de géant. Pourtant, rien n’est plus infantile comme prétention. L’être moyen n’avance pratiquement pas dans une vie tant il est prisonnier de ses croyances limitatives. Il faut infiniment plus que de bonnes pensées et quelques efforts pour acquérir les qualités recherchées par le moi immortel. Il est sage celui qui se sait petit. La majesté d’un être se voit dans son humilité et dans sa connaissance de la juste valeur des vertus spirituelles, ses perles polient par des vies incalculables d’expériences.

Paul Beaudry, Mourir et renaître, Édition Le Dauphin Blanc, 2004