La reconnaissance invite l’abondance

Tant de gens aspirent à une abondance sans limites où tous leurs désirs seraient comblés aussi irraisonnables soient-ils. Pourtant un homme peut crouler sous la fortune, mais ressentir en lui-même une pénurie. Seule la grâce apporte l’abondance à satiété. Savoir apprécier ce que la Vie nous donne. Dire merci à chaque parcelle de bonheur saupoudré sur notre existence demeure une des clés de l’enchantement. Rien ne nous est dû et nous avons droit à rien. Nous demeurons les propres artisans de nos succès comme de nos échecs. Notre monde est fait de nos désirs et nos aspirations, rien de plus. Nous demeurons les régents de nos joies comme de nos peines par notre façon à aborder le spectacle magistralImage associée qu’est notre existence terrestre.

Apprendre à dire merci, c’est de s’accorder l’ouverture indispensable à une conscience plus profonde et plus épanouie. C’est dire oui à ce que la Nature a de meilleure à offrir à travers soi-même. Il n’existe en définitive pas de meilleur remède, ni de meilleur antidote à la carence intérieure. Dire merci c’est d’attendrir son cœur et de vivre en abondance, car l’abondance n’est pas fait de matériels, mais bien de sentiments élevés. Demeurer dans le sentiment que la Vie Unique agit par nous, en nous et à travers nous, n’est-il pas apaisant ? Cette unicité ne s’envisage que dans la mesure où dire merci s’apparente à une pure délectation, un mantra invoquant les pouvoirs célestes à nous assister dans notre marche jusqu’au bout de la vie.

Tant de gens passent leur insipide existence à quémander et à nourrir la croyance qu’ils méritent toujours plus. Rien ne semble les satisfaire. En apprenant à dire merci à l’amour, merci à l’abondance, merci à la joie, ces choses afflueront en nous avec une fluidité grandissante. Savoir rendre grâce pour ce que nous avons reçu nous garanti d’obtenir encore et encore ce que nous désirons. L’abondance prend le chemin le plus facile à suivre. En cela, l’attitude de reconnaissances sincères envers ce que nous avons déjà, permet au flot de la Vie abondante de refaire le même parcours, étant facile à suivre puisque exempt d’obstacles. En définitive, les richesses du ciel tendent vers ceux qui conservent un coeur humble, toujours prêt à rendre grâce au monde invisible. Dire merci, c’est de placer son cœur en état d’ouverture et de vulnérabilité ; des conditions essentielles pour que les puissances Image associéespirituelles déferlent en soi. Les gens sereins savent apprécier ce qu’ils ont et leurs célestes remerciements séduisent les intelligences invisibles de sorte que d’autres bénédictions s’acheminent vers eux.

Un beau paysage peut prendre des proportions idylliques pour celui qui sait dire merci à la Vie pour avoir placé de telles beautés sous son regard. Que les saisons peuvent devenir douces lorsque nous savons apprécier leur féerie et rendre grâce pour les moments de ravissement qu’ils nous offrent.

L’amour viendra à celui qui sait dire merci à chaque petit moment d’amour. Le bonheur affluera vers celui qui sait lui dire merci à chaque fois qu’il en sera visité. L’abondance coulera à flot dans la vie de celui qui apprécie la valeur de ce qu’il a déjà.

Rien de tel pour attendrir le cœur d’un être que d’apprendre à dire merci aux douceurs qui passent. Un cœur rempli de peine saura s’enchanter à travers les louanges de grâce et de juste appréciation. Une vie misérable et sans lueur peut aisément gagner en luminosité simplement lorsque la valeur de la reconnaissance est profondément comprise.

Ce que nous renforçons par nos pensées se développe. Dire merci, c’est encourager les affluences célestes en nos vies, sachant qu’elles suivent toujours la voie la moins résistante. Un être enclin constamment à la critique et l’insatisfaction crée de lui-même sa propre pénurie. Le renforcement continuel de ce genre de pensées édifie dans l’invisible des forteresses sur lesquelles les grâces se buteront continuellement. En affirmant notre appréciation, nous créons des canaux par lesquels l’abondance se manifestera. Un cœur dégagé et amoureux sera toujours une voie d’accès facile pour les miracles de la vie.

Paul Beaudry, Randonnée céleste, Quebecor, 2008