La personnalité et l’âme

L’âme représente le gouverneur intérieur ou l’aspect conscience nous conduisant au fil de nos existences. Afin de pouvoir profiter des différents champs d’évolutions qui se présentent à elle, l’âme doit s’exprimer à travers trois enveloppes : mental, émotive et physique, ce dont nous avons exploré précédement. L’ensemble de ces trois véhicules ou enveloppes porte le nom deRésultats de recherche d'images pour « âme et ego » personnalité, du moi, ou de l’ego. La personnalité n’est pas l’âme mais bien l’instrument qu’elle utilise afin de s’exprimer et d’évoluer en ce monde. La personnalité est indispensable à l’expression de sa volonté et son dessein. Bien que l’âme conserve la même identité divine éternellement, la personnalité quant à elle, est complètement effacée du livre de l’évolution de l’âme au terme de chaque existence.  La personnalité est cet aspect de nous, toujours changeant et impermanent, cachant derrière elle le véritable penseur, l’être réel.

La personnalité est le problème central de la démarche spirituelle. Elle est la source des conflits intérieurs, des limitations, mais surtout de l’ignorance étrange de l’existence de l’âme. Ce degré d’ignorance spirituelle est proportionnel à l’ampleur des appétits du corps, à l’insistance des émotions et à la grossièreté des pensées. Le salut spirituel vient par la purification de la personnalité et sa soumission à son principe  sous‑jacent. Voilà la prodigieuse tâche à réaliser pour tous les valeureux chercheurs spirituels. Cette entreprise est considérée à juste titre la plus formidable, la plus glorieuse et la plus grandiose auquel un être peut se livrer au cours de son périple terrestre. La difficulté de la tâche réside dans le fait que l’âme et la personnalité possèdent chacune une vie indépendante l’une de l’autre. L’âme a ses buts et la personnalité aussi. Or, dans un tel contexte de divergence, comment pouvons‑nous vivre en paix et en harmonie avec nous‑même ?  À moins que l’âme et le moi soient en accord, l’harmonie est irréalisable. Certains croiront que parce que leur vie ne présente guère de conflits,  ils sont en accord avec le dessein de l’âme. Mais voilà, le mystère est beaucoup plus complexe que cela. Une absence de conflits intérieurs peut désigner une Résultats de recherche d'images pour « âme et ego »insensibilité profonde ou une incapacité à recevoir les informations de l’âme. Cela peut également révéler que l’âme demeure en méditation profonde, concentrée en elle‑même, en attente que son instrument, la personnalité, devienne plus obéissente.  Ces faits expliquent pourquoi des gens égoïstes et méchants traversent leur vie sans grandes épreuves, se sentant voler au‑dessus des autres, alors que des êtres bons et aimants semblent éprouvés plus que les autres.

Les épreuves d’un êtres sont le résultats de mésententes entre l’âme et le moi, ou de la répercussion d’actes antérieures déméritoires que l’âme désire à tout prix expier. Or, l’éprouvé est d’un point de vue spirituel beaucoup plus apte à découvrir ses ressources cachés qu’un être pénard ne vivant aucun conflit. L’absence de difficultés dans une vie quelconque n’est ni une indication d’élévation spirituelle, ni un indice de stagnation. L’âme traverse de multiples vies mieleuses à l’abris des tribualtions, mais aussi beaucoup d’autres franchement orageuses. Il faut beaucoup plus qu’une seule vie de loyaux services ou de méditation pour libérer l’âme de son désire d’exister. Une vie de méditation peut nous préparer à des vies de services actifs bouillonnents de conflits et d’obstacles insurmontables. Des vies de conforts et de bien- êtres sont des accalmies méritées sur l’océan parfois démonté de l’évolution humaine. Comme la Nature possède ses propres cycles de dévastations et de renaissances, l’âme y obéit elle aussi en traversant des vies d’honneurs et d’humiliations.

Paul Beaudry, Mourir et renaître, Le Dauphin Blanc, 2004