Les mémoires de l’âme

L’âme vient en incarnation avec des buts et des dispositions précises.  Une incarnation est toujours motivée par un but spirituel et appuyée par un bagage d’expériences heureuses ou non.

Expliquons brièvement comment l’âme mémorise le fruit de ses expériences. L’âme est un rayon de Dieu habillé de matière d’une extrême subtilité.  Cette unité énergétique s’appele le corps causal qui se définit comme une âme humaine individualisée poursuivant un dessein et une évolution éternelle. Dans le corps causal loge trois cellules énergétiques ayant la capacité de mémoriser les fruits des expériences terrestres. Nous les appelons « les atomes permanents physique, astral et mental ». Définissons brièvement leurs rôles.Résultats de recherche d'images pour « âme divine »

L’atome permanent physique : L’atome permanent physique saura récolter et tenir en mémoire éternellement, les qualités et défauts des mulitples corps physiques que l’âme empruntera au cours de sa prodigieuse évolution. Les mémoires de l’atome physique permanent cacheront les mystères des beautés, des laideurs, de la santé, de la maladie et des infirmités des corps physiques qu’utilisera périodiquement l’âme. Ainsi, le corps physique de l’âme dans une vie quelconque, reflètera fidèlement l’usage qu’elle a fait de ses enveloppes charnelles dans ses existences antérieures. Rien ne naît de rien dans la nature et notre âme ne peut s’exprimer qu’à travers une enveloppe qui convienne à sa vibration. Toutes formes de licences et d’excès des appétits du corps physique, contribuent guère à préparer des corps robustes et bien portant pour les existences à venir. La discipline du corps physique est une promesse de corps plus sain dans les existences à venir. Chaque traitement bénéfique donné à notre corps contribue à en élever la vibration et à préparer un instrument plus sensible aux influences spirituelles dans les vies futures. Par notre façon de traiter notre corps, nous déterminons la santé et la vitalité de nos prochaines formes physiques.

L’atome permanent astral :   L’atome permanent astral ou émotif conserve la mémoire des expériences liées à la vie émotive et de désir. Nos peines comme nos joies, nos échecs comme nos succès, nos aspirations personnelles et nos désirs y sont tenus en mémoire afin de se répercuter dans nos prochaines existences. Rien de nos désirs et de nos comportements généraux ne sont pas mémorisé et enfouit dans l’atome permanent astral. Les désirs ardents que nous nourissons présentement nous suivrons dans les prochaines existences jusqu’à ce qu’ils aient été entièrement assouvis. Ce que nous renforçons à l’intérieur de nous, que ce soit des désirs ou des émotions, ils nous suivrons où que nous soyons. Cet atome permanent astral servira, au même titre que l’atome permanent physique, de fondation pour l’érection des personnalités à venir, avec leurs tendances, leurs qualités et leurs défauts.

L’atome permanent mental : L’atome permanent mental mémorise les qualités mentales développées au cours des vies. Chaque effort dans la direction d’une plus haute connaissance se répercute positivement sur les autres existences. L’atome permanent mental a pour fonction de mémoriser les plus hauts éléments mentaux développés au cours d’une existence. Tous efforts mentaux pour tendre vers une plus haute vérité sont donc minuiteusement portées à l’actif mental de l’être et lui procureront un avantage certain dans les vies succèdentes. Mais l’inverse est aussi vrai. Des attitudes mentales négatives ou bornées ont des conséquences qui vont bien au-delà de la vie physique actuelle. Des croyances limitatives fortement nourrit peuvent nous suivre dans nos vies futurs et demeurer intact jusqu’à ce que nous apprenions à voir les choses différement. L’atome permanent mental conservera les acquis et l’âme tissera ses capacités mentales futur à partir de ce qu’elle tient en elle‑même, dans son corps causal, comme le fait une araignée qui sécrète elle‑même sa soie afin d’élaborer ses toiles. L’atome permanent mental demeure le siège de nos multiples croyances et inclinations intellectuelles. De vie en vie notre vision du monde et notre système de croyance évolueront seulement en fonction de nos efforts à déployer nos capacité mentales.

TImage associéeel est le noyau central autour duquel notre corps physique, nos émotions et notre mental seront construits à chaque incarnation. Ainsi, nous ne pouvons qu’être ce que nous avons fait, pensé et désiré. Au cours des âges nous construisons le futur à partir de ce que nous accomplissons à l’instant. Nous demeurons à jamais notre propre sauveur et notre propre prisonnier. Rien de ce que nous pensons, désirons et faisons n’est sans conséquences.

Soulevons à présent la question suivante : Si l’âme possède de nombreuses expériences à son actif, comment se fait-il que nous ignorons tout de nos vies antérieures ?  La Nature dans son amour et sa bonté a prévu de nous soutirer tous souvenirs des exitences passées. Lors de la descente de l’âme dans les plans inférieurs, la matière qu’elle rassemble autour d’elle afin de constitué ses enveloppes, crée un écran occultant tous souvenirs des vies antérieures. Les voiles de matières obscurcissent la conscience de l’éternelle présent et par conséquent tous souvenirs et toutes expériences d’existences passées disparaîssent. Cet assombrissement de la conscience et de la mémoire est indispensable pour traverser les épreuves que l’âme a choisi. Sur son plan d’existence l’âme voit et opte pour le type d’expérience qui convient à ses capacités et son niveau d’évolution. La vie à venir se présente alors à elle sur un plan, avec le lot d’épreuves qu’elle devra traverser pour progresser vers une plus haute sagesse et une meilleure maîtrise du monde physique.

Sur son plan mental, l’âme ne souffre pas. Étant libre de son enveloppe émotionnelle et physique, elle demeure dans un état de plénitude. Cependant, bien souvent lorsque la descente dans le plan astral s’effectue, l’angoisse peut s’emparer d’elle, voyant les épreuves qui l’attendent. Obéissant au courant de marée incarnatoire, comme des millions d’autres âmes, un mélange d’impatience et de crainte peut l’occuper. Mais qu’importe sont état émotionnel passagé dans le plan astral, la pression évolutive demeure absolument hors de son control et elle y obéit amoureusement.

Si nous possédions la mémoire de nos vies passées, il serait impossible de remplir notre mission terrestre. Nous deviendrons fou ou nous nous suiciderions. Comment accepterions-nous notre incarnation dans une famille misérable et démunie alors que nous avons été un riche bourgeois jadis ? Comment pourrions-nous assumer notre nouvelle existence sachant que nos comportements ignobles trouveront leurs effets dans la vie présente ? Comment pourrions-nous consentir de vivre les inévitables souffrances d’une exitence terrestre si courte ? Notre inconscience de ce qui nous attend et de ce que nous avons été est une garantie de sécurité psychologique.

Certains d’entre nous, possédant une disposition psychique particulière, peuvent se souvenir d’évènements ayant eu lieu au cours de leurs vies Résultats de recherche d'images pour « âme divine »passées. Cette sensiblité aigue aux vibrations spirituelles de l’âme se développe par la pratique de la méditation. Mais si la plupart ignorent tous de leurs vies passées, c’est parce que les enveloppes de l’âme, que sont le mental, les émotions et le corps physique, sont trop opaques. La lumière de l’âme demeure incapable de traverser ces enveloppes et apporter au cerveau physique la connaissance et la sagesse qu’elle possède. L’opacité des manteaux de matières enveloppant l’âme crée un écran qui bloque son rayonnement. La personnalité privée de lumière progresse dans la vie qui se présente à elle avec l’inconscience la plus totale de sa nature spirituelle qui se réincarne perpétuellement. Enténébré et profondément engourdit par la matière, elle ne sait trop d’où elle vient ni où elle va. Sa vie nébuleuse se résume à un rêve inconscient. À moins de se livrer à une discipline spirituelle ou un entraînement occulte, un être peut rarement se souvenir de ses vies passées. Quelquefois l’âme pourra tenter de communiquer des connaissances indispensables à son évolution par le rêve, les songes ou les visions. Ces expériences intérieures sont souvent des révélations illuminatrices nous dévoilant à nous-même et nous donnant de juste indication sur la marche à suivre. Cependant, lorsque la personnalité n’est pas totalement équilibré, accusant des déficits psychlogiques ou de multiples carences affectives, la connaissance cachée issue des vies passées produit presque inévitablement des balivernes plaisantes à raconter, berçant le moi et le convaincant qu’il est spéciale. La vaste majorité des êtres n’ont ni la sagesse ni la force de supporter la connaissance de l’âme. Elle les entraîne presque inévitablement à la supercherie psychique et aux mensonges habiles à eux-mêmes. La connaissance de vies passées, lorsqu’elle est en droit de s’acheminer jusqu’au cerveau, est rarement heureuse et consiste souvent en un dégagement d’énergies désormais nuisibles à l’épanouissement global. Ce sont des émanations subtiles provenant des mémoires de l’âme qui apparaissent dans l’espace intérieure comme des images pensées et des sensations étranges chargées de sens. La Nature n’a aucun inérêt à nous indiquer les moments agréables de nos incarnations passées, cela changerait absolument rien à notre évolution spirituelle. Elle choisit donc de nous indiquer ce qui fait obstacle à notre croissance et par conséquent nous présente une partie de nous qui obstrue l’accomplissement du grand œuvre qui consiste à nous transmuter de l’état humain à l’état divin. La connaissance totale et continuelle des exitences passées arrive lorsque le moi, l’âme et le Soi sont en conjonction. Plus rien ne peut alors faire obstacle à l’omniscience divine. C’est une des nombreuses conséquences de l’union et de la pratique de la méditation. À ce stade glorieux, l’homme libérer et assagit a accès à tout ce qu’il désire savoir.

La connaissance de certains épisodes de nos nombreuses existences pourrait induire un bouleversement psychologique difficilement redressable. Or, ce qui est inconscient doit préférablement le demeurer jusqu’à ce qu’une certaine force ait été atteinte. Notre ignorance nous protège de vérités dont l’impact psychique serait catastrophique. Si la personnalité doit connaître certaines choses des mémoires de l’âme, cette dernière saura le faire savoir. Il est franchement inutile, voir même nuisible pour un être de tenter de connaître ses vies passées par des moyens forcés ou extraordinaires. Il saura ce qu’il doit savoir suivant ses progrès spirituels et selon son degré d’ouverture à sa vérité. C’est en définitive l’âme en nous qui décidera ce que nous devons savoir et ce que nous avons à faire pour nous libérer d’anciens traumatismes devenus des obstacles à l’épanouissement spirituelle.

Paul Beaudry, Mourir et renaître, Le Dauphin Blanc, 2004